La ville de Sélestat

Au cœur de l’Alsace, entre Colmar et Strasbourg, Sélestat reste mal connue et peu visitée. Elle abrite pourtant de beaux monuments, mais surtout l’une des deux seules bibliothèques humanistes d’Europe, à ne rater sous aucun prétexte. Sélestat est, de plus, bien située pour visiter les villages de la région.

Vue de la Tour Neuve de Sélestat

 

Informations pratiques à Sélestat

19 000 habitants, à 22 km de Colmar et 49 km de Strasbourg.
Le parking de l’office du tourisme, payant (suivre centre ville) est un bon point de départ pour la visite de la ville.

Office du tourisme : 10, boulevard du Maréchal Leclerc, 67600 Sélestat
Site internet

Villes du Bas-Rhin (Alsace)

Où loger à Sélestat

Recherche d'hôtels

Du

Au

 

Gîtes et chambres d'hôtes à Sélestat.

Jacky et Marie vous accueillent dans leurs 5 Gîtes et ses chambres d'hôtes au Coeur de l'Alsace à Sélestat, situés et aménagés aux valeurs de l'Alsace. Que votre choix de séjour se porte vers un cadre original ou plutôt vers un lieu historique, vous serez séduit par le confort et la décoration de toutes nos locations.

Plus d'informations sur notre site internet :
http://www.gite-alsace-selestat.fr/

Gite à Sélestat

 

Histoire de Sélestat

La légende raconte que la ville a été fondée par le géant Sletto. La première trace écrite remonte au VIIIème siècle, mais le site fait alors partie du village de Kintzheim. L’expansion de la ville débute au XIème siècle, lorsque Hildegarde de Buren, mère du premier des Hohenstaufen, y fonde une église qui sera occupée à partir de 1094 par des moines de Conques, vénérant Sainte Foy.
Ce prieuré dirige la ville jusqu’à ce que Frédéric II de Hohenstaufen accorde le statut de ville libre à Sélestat. Le pouvoir passe dès lors progressivement aux bourgeois. Sélestat prospère, devient membre de la décapole, agrandit ses fortifications, reçoit des ordres monastiques et fait du commerce.
La Renaissance marque la période glorieuse de la ville qui devient une capitale de l’humanisme. Son école devient célèbre dans toute l’Europe. La Réforme, la guerre des Paysans et celle de Trente Ans marquent le déclin de Sélestat. Comme le reste de l’Alsace, la ville devient française. De nouveaux remparts sont construits par Vauban et Sélestat devient ville de garnison. La cité retrouve alors une certaine prospérité, mais son expansion reste limitée au profit des autres grandes villes d’Alsace. Son histoire suit par la suite celle de la région.

A visiter et à voir à Sélestat

> Débutez la visite à l’office du tourisme qui est abrité dans la Commanderie Saint-Jean. Des anciens bâtiments de l’ordre il ne subsiste que le Ritterhof (maison des moines) daté de 1410 et la maison du prieur de 1565. Bel escalier à vis et porte.

L'office de tourisme située dans la commanderie Saint Jean à Sélestat
Porte de lacommanderie Saint Jean à Sélestat


Prenez la rue du Marché aux Vins vers la place Gambetta où se situe la fameuse Bibliothèque Humaniste.

> La Bibilothèque Humaniste : elle est aujourd’hui abritée dans une ancienne halle aux blés du XIXème siècle.

Y est présentée la bibliothèque ayant appartenu à Beatus Rhenanus, léguée à la ville, ce qui représente plus de 3000 documents (manuscrits, incunables et imprimés) couvrant une période allant du VIIème au XVIème siècle.

Ce musée est quasiment unique en Europe.

La bibliothèque est actuellement fermée pour travaux, réouverture prévue au printemps 2017.

La bibliothèque humaniste de Sélestat

Le livre de compte, avec la première mention d'un sapin de Noël


>
Empruntez ensuite la rue de l’Eglise et les différentes impasses qui débouchent dans la rue. Plusieurs belles maisons jalonnent le parcours et des parties de l’ancien rempart sont visibles.

Autour de la rue de l'église
Autour de la rue de l'église


Toujours dans la rue de l’Eglise se situe l’ancienne résidence d’Ebersmunster. Ce bâtiment achevé vers 1538 était l’ancienne résidence des abbés bénédictins d’Ebersmunster. Très beau portail renaissance en arc de triomphe. Des médaillons représentent les portraits de généraux romains, d’empereurs germaniques et des fondateurs de l’abbaye d’Ebersmunster (très abîmés). L’autre côté du bâtiment, moins ouvragé, possède un bel escalier à vis recouvert de lierre.

La résidence d'Ebersmunster à Sélestat
Portail de la résidence d'Ebersmunster à Sélestat


Poursuivez jusqu’à l’Eglise Saint-Georges.

> Eglise Saint-Georges : cette très belle église gothique a été construite entre le XIIIème et le XVIème siècle en plusieurs étapes. Les premiers éléments de la construction sont romans (tel que le porche à l’ouest) puis gothiques (nef) et finalement en gothique flamboyant pour la tour. A l’intérieur, sobre nef éclairée de beaux vitraux.

L'église Saint Georges de Sélestat
Vitrail de l'église Saint Georges

L'église Saint George de Sélestat pendant la période de Noël


Passez derrière l’église jusqu’à la Place Delattre de Tassigny.

> Place De Lattre de Tassigny : située sur la place, la tour des Sorcières faisait partie de la première enceinte de la ville de 1216. Elle fut remaniée plusieurs fois et a été utilisée jusqu’à la construction d’une enceinte « moderne » par Vauban. De cette fortification de Vauban vous verrez la porte de Strasbourg à proximité. Le nom de la tour lui vient de sa fonction de prison au XVIIème siècle pour les sorcières avant leur exécution. De même sur la place subsiste la dernière porte restante de l’enceinte voulue par Louis XIV. C’est Louvois lui-même, ministre de Louis XIV, qui posa la première pierre.

La tour des sorcières de Sélestat
Porte de l'enceinte fortifiée de Sélestat


> Revenez vers la Tour des Sorcières et empruntez les rues Bornert, des Veaux et des Oies. Plusieurs belles maisons jalonnent le parcours de cet ancien quartier des maraîchers.

Maison de Sélestat
Maison de Sélestat


> Rejoignez ensuite la place du Marché aux Choux. Au numéro 6, très belle maison à oriel et escalier à vis. Construit à la fin du XVIème siècle, il est un bel exemple de la Renaissance tardive en Alsace.

Maison de Sélestat
Maison de Sélestat


> Reprendre la rue Dorlan, puis le Quai des Tanneurs, bordés de belles maisons.

Maison de Sélestat
Maison de Sélestat


Empruntez la rue de la Porte de Brisach jusqu’à la Tour Neuve

> La tour Neuve : il s'agit de l'une des quatre portes de la seconde enceinte de la ville. Construite à la fin du XIIIème siècle, la galerie et les quatre tourelles du toit ont été rajoutées en 1614.

Diverses fresques ornent la tour, telles une représentation d’une crucifixion ou encore les scènes des corporations.

Passez la tour et remontez la rue des Chevaliers jusqu’à l’Eglise Sainte Foy.

La Tour Neuve de Sélestat


> Eglise Sainte Foy : cette très belle église romane, a été fondée par Hildegarde de Buren au milieu du XIIème siècle. L’église en grès rose et en granit possède trois tours, dont la plus belle et la plus ancienne est la tour de croisée.

La façade de l'église Sainte Foy de Sélestat
Tour de l'église Sainte Foy de Sélestat


Contrairement au reste du bâtiment, le porche est abondamment décoré.

Les colonnes sont sculptées de motifs floraux, animaliers ou humains et le tympan est peint d’une représentation du Christ et des symboles des évangélistes.

Décoration d'une colonne de l'église Sainte Foy

Le portail de l'église Sainte Foy de Sélestat

L’intérieur, très sobre, est en grès rose. La nef, construite en 1250 et 1300, est à trois travées qui reposent sur des piliers à chapiteaux décorés de motifs végétaux et géométriques. Le chœur quant à lui date du début du XIIème siècle. La chaire illustrant la vie de Saint François-Xavier christianisant les Indes est le seul élément baroque qui a été conservé de la période Jésuite du XVIIème siècle. Finissez la visite en faisant le tour de l’église pour en admirer tous les détails.

Vue de l'intérieur de l'église Sainte Foy
La chaire de l'église Sainte Foy


Prenez la rue des Marchands pour rejoindre l’ancienne église des Récollets.

> Eglise des Récollets : cette église est le seul vestige restant du couvent Franciscain construit au XIIIème siècle. Le clocheton est daté de 1430.

L'église des Récollets de Sélestat